"Après autant travailler avec la mort, j’ai conclu que la mort n’existe pas, que la vie se transforme et change de traits. C’est le concept de l’alchimiste : il n’y a pas de résurrection sans putréfaction. Je crois que dans la putréfaction il y a aussi de la vie. La mort en tant que chose statique n’existe pas, c’est une espèce de cycle entre la vie et la mort qui change continuement et qui a une esthétique très belle"